Effrayante ou onirique
Elle est rarement hypothétique
Et se glisse dans les fantasmes
De presque toutes les jeunes femmes

Et quand le jour fut venu
Où le fruit n’est plus défendu,
Qu’on peut abondamment manger
Sans jamais craindre l’obésité

On s’envole avec délice
se délectant de ses vices,
Les sens explosent un à un
Et l’on s’habille de parfums

Ainsi fleurit Féminité
(Si peu de pannes pathétiques)
Car elle ne peut exister
Qu’avec l’honorifique trique.

Emma Arias

 

Vous voulez voir votre texte sur Frite ?
Vous voulez illustrer ce texte avec une photo ?
Vous voulez illustrer ce texte avec un dessin ou une peinture ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *